Une ETO salutaire pour Ryley

Lorsqu’il est arrivé à l’Institut de cardiologie en novembre dernier, Ryley, 21 ans, avait besoin d’une échocardiographie transœsophagienne (ETO). En fait, le cinéaste en herbe a toujours eu besoin d’aide, étant né avec une cardiopathie congénitale.

Ryley a passé ses premières heures de vie dans une salle d’opération, où les médecins lui ont découvert six anomalies cardiaques. Ses cavités cardiaques étaient inversées, il avait un trou dans le cœur et une obstruction de l’aorte empêchait le sang de circuler dans son corps. Ryley a subi une importante intervention pour corriger l’obstruction. À deux ans, il avait déjà subi une autre opération pour éliminer le trou dans son cœur. Il avait aussi besoin d’une nouvelle valve.

L’opération s’est toutefois accompagnée d’autres mauvaises nouvelles pour sa famille : pendant que les médecins de Toronto s’affairaient à fermer le trou, l’aorte de Ryley s’est rompue. Heureusement, bien qu’on ait craint pour sa vie, il a survécu.

Ryley a subi trois autres opérations par la suite, dont deux à cœur ouvert, et a aussi dû recevoir un stimulateur cardiaque à cause de problèmes liés
aux impulsions électriques dans son cœur. Mais le jeune homme n’a jamais laissé la maladie faire obstacle à ses rêves. Il a réalisé son premier film à
12 ans et, depuis, a produit plusieurs petits films qu’il affiche sur YouTube.

À 18 ans, Ryley a été transféré à l’Institut de cardiologie, où il est suivi par l’infirmière de pratique avancée Joanne Morin. Malheureusement, les problèmes médicaux de Ryley l’ont suivi. Un an après son transfert, il a subi un accident vasculaire cérébral, pour lequel il a été traité sur-le-champ à l’Institut.

Puis en novembre dernier, des médecins de l’Institut, qui suivaient de près son état, ont découvert une bosse sur sa valve mécanique. Heureusement, grâce à l’ETO, ils ont pu localiser la bosse en question. Ryley est demeuré quelques semaines à l’Institut pour subir une nouvelle intervention. Ce ne sera pas la dernière, mais pour le moment, le jeune cinéaste continue de poursuivre son rêve. « Tout ce que je veux, c’est faire des films », dit-il.

Nous lui souhaitons bonne chance et beaucoup de succès dans ses projets.

Regardez son histoire (en anglais seulement).

Lisez le rapport annuel 2015-2016.

Laisser un commentaire