Jennifer Zlepnig and Dr. Thierry Mesana

La valeur des soins : l’histoire de Jennifer

par Jennifer Zlepnig

Depuis ma naissance, je suis une patiente cardiaque du CHEO et de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO), et j’ai toujours souhaité reprendre contact avec les personnes qui ont pris soin de moi au long des années ‒ en particulier le Dr Wilbert Keon, l’homme qui m’a sauvé la vie, et qui est devenu mon héros. J’ai toujours espéré avoir l’occasion de le rencontrer et de le remercier de m’avoir aidée à vivre ce que je considère comme une vie exceptionnelle. Je voulais également qu’il sache à quel point il m’a inspirée et a influencé mes décisions.

Je suis née avec une cardiopathie congénitale qui se caractérise par une origine anormale de l’artère coronaire gauche, qui naît de l’artère pulmonaire ‒ une maladie extrêmement rare à cette époque à ce qu’on me dit.

Jennifer Zlepnig

Jennifer et sa mère

Pendant des années, mes parents ont vécu avec la crainte que ma vie soit de courte durée. Heureusement, lorsque j’avais trois ans, le Dr Keon a accepté de m’opérer à cœur ouvert pour me donner une chance de survivre. D’après ce que je sais, c’était la première fois qu’il réalisait cette intervention chirurgicale. Même si l’opération s’est très bien déroulée, mon pronostic n’était pas clair, parce qu’il n’y avait pas d’autres « cas » comme le mien à cette époque. Les personnes comme moi avaient 1 chance sur 3 d’atteindre l’âge de 10 ans, et la majorité décédait avant 30 ans.

Jennifer at a young age

Jennifer à un jeune âge

Je suis donc particulièrement heureuse de préciser que j’ai célébré mes 31 ans récemment et que je suis assurément l’une des femmes les plus actives, énergiques et en santé à arpenter les couloirs de l’ICUO. Et grâce aux soins exceptionnels que j’ai reçus durant toute mon existence : j’ai une vie bien remplie, je fais des tas de choses que je croyais impossibles à une certaine époque. L’an dernier tout particulièrement, j’ai entrepris de réaliser mon rêve…

Après avoir travaillé pendant 4 ans comme a infirmière autorisée, j’ai été admise l’automne dernier à l’École de médecine de l’Université d’Ottawa dans la promotion de 2019. Plus jeune, je disais toujours que je deviendrais cardiologue, mais c’est seulement quand j’ai entrepris mes études en soins infirmiers que j’ai commencé à y songer sérieusement.

Durant mes stages, j’ai eu l’occasion de travailler comme infirmière dans diverses unités de l’ICUO. C’est vraiment à ce moment-là que j’ai compris à quel point je voulais devenir médecin, et me spécialiser en cardiologie. À titre d’étudiante en médecine, j’ai eu l’immense privilège de rencontrer le Dr Thierry Mesana, président-directeur général de l’ICUO. Je lui ai raconté mon histoire et il m’a parlé de son travail de chirurgien-cardiologue.

J’ai aussi beaucoup appris de brillants cardiologues, dont le Dr Christopher Glover, et j’ai assisté à des interventions visant à sauver des vies. Je réalise mon rêve et j’en suis immensément reconnaissante. Je me réjouis à l’idée de côtoyer une équipe médicale hors pair comme celle de l’ICUO pour en apprendre davantage au cours des années à venir, et j’espère sincèrement apporter ma contribution au domaine de la cardiologie.

Du fond du cœur, je tiens à exprimer ma profonde gratitude à mon héros, le Dr Keon; à mes extraordinaires cardiologue et infirmière en cardiologie, le Dr Luc Beauchesne et Joanne Morin; et à tout le personnel de l’ICUO qui œuvre sans relâche pour que des gens comme moi aient l’occasion de vivre pleinement et de réaliser leurs rêves!

Laisser un commentaire