Author Archives: Francoise Makanda

Salade de halloumi, de courgettes et de pois chiches

Photo crédit: www.goodtoknow.co.uk
Source de la recette : Chatelaine.com

Ce repas de semaine facile à préparer comprend des pois chiches et du halloumi pour donner de la saveur à vos légumes d’été. Utiliser des pois chiches dans vos recettes est une excellente façon d’inclure plus de protéines végétales à vos repas. Si vous n’avez pas de barbecue, vous pouvez préparer cette recette dans une poêle en fonte sur la cuisinière.

Ingrédients

4 courgettes, coupées en biais en tranches de 1 cm (1/2 po)
2 c. à soupe d’huile d’olive
2 c. à soupe de jus de citron
1 bloc d’halloumi (250 g)
1 boîte (540 ml) de pois chiches en conserve, rincés et égouttés
2 c. à soupe de menthe fraîche hachée
2 c. à soupe de persil frisé, haché

Instructions

• Préchauffer le barbecue à feu moyen. Dans un petit bol, fouetter l’huile d’olive avec le jus de citron.
• Huiler la grille du barbecue. Au barbecue, griller les tranches de courgette jusqu’à ce qu’elles soient tendres, mais fermes, 3 minutes de chaque côté. Couper le halloumi en tranches de 1 cm (1/2 po) et griller les tranches jusqu’à ce que des marques de grille y apparaissent, 2 minutes de chaque côté.
• Répartir les courgettes, le halloumi et les pois chiches dans 4 assiettes. Arroser de la vinaigrette au citron. Parsemer de menthe et de persil.

Nutrition

• Calories 422
• Protéines 20 g
• Glucides 31 g
• Gras 25 g
• Fibres 6 g
• Sodium 1035 mg

Photo credit: Food Network

Chou-fleur et pois chiches rôtis au cari

Photo : Food Network
Recette adaptée de Back to Basics : Michael Smith

Ce repas de semaine facile à préparer peut être mangé froid ou chaud le lendemain. Il n’existe pas beaucoup de recettes avec du chou-fleur, alors essayez celle-ci. Les pois chiches sont également une excellente façon d’accroître le nombre de fois où vous manger des noix, des graines et des légumineuses.

Ingrédients :
1 chou-fleur coupé en petits fleurons
2 oignons coupés en dés
Gousses d’un bulbe d’ail coupées en deux
1 boîte de 19 oz de pois chiches bien rincés et égouttés
¼ tasse d’huile d’olive
1 c. à table comble de poudre de cari
1 c. à table de graines de cumin
1 c. à table de graines de fenouil
1 c. à table de graines de coriandre

Directives :
1. Préchauffer le four à 375º
2. Remuer le chou-fleur, les oignons, l’ail, les pois chiches, l’huile, la poudre de cari, les graines de cumin, les graines de fenouil et les graines de coriandre.
3. Verser dans un moule de 13 pouces sur 9 pouces.
4. Rôtir en mélangeant une fois ou deux, jusqu’à ce que le tout soit bien doré (de 45 à 60 minutes)
5. Servir!

Information nutritionnelle (en fonction de 4 portions servies comme plat principal)
Calories (kcal) 334,6
Gras (g) 16,6
Gras saturés (g) 2,3
Gras trans (g) 0,0
Cholestérol (mg) 0,0
Sodium (mg) 70,8
Potassium (mg) 923,2
Glucides (g) 38,0
Fibres (g) 8,0
Sucres (g) 8,5

Eggs

Œufs brouillés crémeux et champignons

Recette adaptée de Canadian Living

Les repas de semaine n’ont pas à être sophistiqués pour être nutritifs. Les œufs sont des protéines complètes et peuvent être utilisés pour créer un repas de semaine très facile. Servez avec du pain focaccia de blé entier grillé et dégustez!
• 1 paquet (255 g) de champignons, tranchés
• 8 œufs
• 2 c. à table de ciboulette fraîche ciselée
• 2 c. à table d’huile
• 1 c. à table de beurre
• 1/3 tasse de fromage à pâte molle émietté à l’ail et fines herbes (comme Boursin)

Préparation

1. Dans une poêle à frire, faire chauffer 2 cuillères à thé d’huile végétale à feu moyen-élevé. Faire cuire les champignons, en mélangeant de temps en temps, jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés et qu’il n’y ait plus de liquide, soit pendant environ 5 minutes. Saupoudrer d’une pincée de poivre. Retirer de la poêle et conserver.

2. Fouetter les œufs, la moitié de la ciboulette et une pincée de poivre. Dans la même poêle, faire fondre 1 cuillère à table de beurre à feu moyen. Cuire le mélange d’œufs en mélangeant jusqu’à ce que le mélange se tienne, mais qu’il soit toujours baveux, soit pendant environ 5 minutes.

3. Répartir le mélange d’œufs, les champignons et le pain focaccia dans 4 assiettes. Parsemer les œufs de fromage et du reste de ciboulette.

Information nutritionnelle :
4 portions
Calories 355
Protéines 21g
Gras total 24 g
Gras saturés 10 g
Glucides 41 g
Fibres alimentaires 4 g
Sucres 2 g
Cholestérol 385 mg
Sodium 798 mg
Potassium 299 mg

L’histoire de Lowell : Je suis membre du « Club du cœur »

Par Lowell Green

L’équipe de l’Institut de cardiologie m’a sauvé la vie, aucun doute là-dessus. Laissez-moi vous raconter comment.

En tant qu’ancien patient, je peux vous dire que j’ai reçu des soins de calibre mondial dans cet hôpital. Voici comment tout a commencé.

À la fin du mois de novembre 2014, je passais de belles vacances avec ma femme sur les terrains de golf des Bahamas, mais j’étais constamment essoufflé. À ce moment-là, je n’avais encore jamais eu de douleurs ou de symptômes cardiaques quelconques. J’avais bien des essoufflements sporadiques depuis un an environ, mais durant notre voyage, la situation a tellement empiré que je pouvais à peine enfoncer mon té dans le sol.

De retour à la maison, je me suis présenté à l’Hôpital Queensway-Carleton à Ottawa, où ils ont découvert que mon cœur battait très rapidement. Ma femme appelle ça « le jour où notre vie a changé ». On m’a fait subir une cardioversion pour ramener ma fréquence cardiaque à la normale. Puis, pendant la semaine qui a suivi, le personnel de l’hôpital a réalisé tous les tests possibles et imaginables pour essayer d’isoler le problème.

Au début, je pensais simplement qu’on me donnerait une ordonnance quelconque avant de me renvoyer à la maison. Erreur. J’ai été transféré immédiatement à l’Institut de cardiologie. Là, j’ai appris que j’avais deux blocages et que mon cœur lui-même était dangereusement affaibli et présentait de nombreuses cicatrices. On m’a dit que j’avais dû faire une crise cardiaque durant l’année. J’étais stupéfait. Je ne me souvenais pas d’avoir ressenti quoi que ce soit, problèmes de cœur ou crise cardiaque. Mis à part des essoufflements très prononcés, je ne présentais aucun symptôme.

Le personnel de l’Institut a d’abord pensé régler le problème en posant des endoprothèses coronariennes. Une angiographie a toutefois révélé que ce ne serait pas suffisant. Ma vie se jouerait sur la table d’opération.

Je me suis fait opérer le 17 décembre 2014, et tout s’est bien passé. Mon chirurgien, le Dr Marc Ruel, fait vraiment des miracles. Cela dit, j’avais une longue convalescence devant moi. Les premières semaines, que j’ai passées à l’Institut, ont été difficiles, mais mon état s’améliorait un peu chaque jour. J’ai marché pour la première fois la veille de Noël. J’ai fait 30 mètres. Malheureusement, j’ai dû passer Noël à l’hôpital, mais le Dr Ruel a eu la gentillesse de passer voir tous ses patients avec ses deux enfants.

Dr. Marc Ruel and Lowell Green

Dr. Marc Ruel and Lowell Green

Le 31 décembre, juste avant le début de la nouvelle année, j’étais enfin de retour à la maison. Autour du 11 janvier, je commençais déjà à me sentir beaucoup mieux.

Pour les patients qui subissent une opération à cœur ouvert, la marche est un aspect très important de la convalescence. Aussi, dès que j’ai pris du mieux, j’ai commencé à bouger. Cette année-là, comme vous vous en souvenez peut-être, le mois de janvier a été glacial. Au lieu de me battre contre le froid et la neige, j’ai décidé d’aller marcher dans les centres commerciaux. Ma réadaptation a débuté le 12 janvier. Ça faisait tellement du bien de recommencer à marcher!

J’anime une émission de radio depuis plus de 40 ans. Alors inutile de dire qu’on me reconnaît souvent lorsque je sors en public. Comme j’étais absent des ondes depuis quelques semaines, beaucoup de gens m’arrêtaient durant mes marches pour m’encourager ou pour me raconter les histoires extraordinaires qu’eux-mêmes avaient vécues à l’Institut de cardiologie.

Une fois, pendant que j’avançais avec précaution au centre commercial Hazeldean, un homme est venu en courant vers moi et s’est ouvert la chemise pour me montrer la cicatrice qu’il avait sur la poitrine. Nous faisons tous partie du même club!

C’était formidable de recevoir tout ce soutien de la part du public, mais mes marches en souffraient un peu. J’avais besoin de marcher sans interruption. Plus tard, j’ai découvert que le troisième étage du centre commercial Bayshore était moins achalandé tôt le matin, j’arrivais donc à faire plus d’exercice.

Une des choses extraordinaires qu’offre l’Institut de cardiologie, c’est le suivi après l’opération. Pendant trois mois environ, j’ai utilisé un petit appareil vraiment génial qui me réveillait chaque jour par un « Bonjour! » préenregistré avant de m’inviter à monter sur le pèse-personne pour transmettre ma tension artérielle et mon poids à l’hôpital par réseau sans fil. L’appareil me posait aussi des questions pour savoir, par exemple, si mes chevilles étaient enflées ou si j’avais ressenti des essoufflements, et transmettait toutes mes réponses à l’hôpital. Cet appareil fait partie du programme de télémonitorage à domicile de l’Institut.

C’était un peu exaspérant le samedi matin, quand je n’avais pas à me rendre au travail et que je voulais faire la grasse matinée. Mais croyez-moi, j’étais heureux d’être encore capable de me lever! Et c’était fantastique d’être suivi chez moi, sans que j’aie toujours à me rendre à l’hôpital.

J’ai essuyé quelques revers depuis ma première opération. Comme mon cœur ne fonctionnait toujours pas de façon optimale, les médecins de l’Institut m’ont implanté un défibrillateur dans la poitrine à la fin de juin 2015. Là encore, l’hôpital m’a remis un appareil pour suivre mon état à domicile. Je n’ai qu’à le brancher à la prise de téléphone près de mon lit. Toute l’information sur le fonctionnement de mon cœur et du défibrillateur est transmise à l’appareil, qui l’envoie ensuite à l’hôpital.

Maintenant que je fais partie du « Club du cœur », j’ai fait d’importants changements. J’ai réduit ma consommation de sel! On n’a pas conscience de la quantité de sel dans tout ce qu’on mange. J’ai eu de la difficulté à manger moins salé au début, mais ma femme Debbie et moi avons fini par éliminer toutes les viandes transformées et la plupart des aliments en conserve de notre alimentation. Il y a quelques mois, ma fille était en train de saler son repas, et je lui ai littéralement arraché la salière des mains avant de la lancer par la porte! Depuis ma première opération à l’Institut de cardiologie, j’ai perdu environ 45 livres, et j’espère en perdre 10 de plus.

J’ai repris le travail au début de 2015. Aujourd’hui, je suis aussi efficace qu’avant, peut-être même plus.

Je suis chanceux d’être encore en vie. Le Dr Ruel m’a dit que j’étais une véritable bombe à retardement. Avec le recul, je n’arrive pas à croire que je ne suis pas tombé raide mort dans les allées de golf des Bahamas en novembre 2014.

Nous sommes incroyablement chanceux d’avoir l’Institut de cardiologie. Tous les experts sont là, réunis sous un même toit. Et ils font des miracles.

Faites un don.

Chickpeas

Couscous marocain et pois chiches

Recette adaptée de : Michael Smith

Ne soyez pas découragé par la longue liste d’ingrédients. La plupart de ceux-ci sont des épices que vous avez probablement à la maison. Il s’agit d’un repas de semaine rapide qui se conserve bien pour le dîner le lendemain.

 

Ingrédients :
2 c. à table d’huile d’olive
1 oignon haché
Quelques gousses d’ail hachées
1/2 c. à thé de cannelle moulue
1/2 c. à thé de cumin moulu
1/2 c. à thé de coriandre moulue

1/2 c. à thé de gingembre en poudre
1 boîte de 19 oz de pois chiches bien rincés et égouttés
1 tasse de couscous de blé entier
1/2 tasse de raisins secs
1/2 tasse d’abricots secs, tranchés
1 tasse de jus d’orange

1 tasse de vinaigre de vin rouge
1 citron, zeste et jus
Poivre fraîchement moulu
1/2 tasse d’amandes tranchées ou effilées
Une poignée de coriandre hachée (optionnelle)

 

Méthode :

  1. Faire chauffer l’huile d’olive dans une petite casserole à feu moyen-élevé. Ajouter l’oignon, l’ail et les épices. Faire sauter pendant quelques minutes, jusqu’à ce que tout soit bien chaud.
  2. Ajouter les pois chiches, le couscous, les raisins secs, les abricots, le jus d’orange, le zeste et le jus de citron, le sel et le poivre. Porter le mélange (tous les condiments) à ébullition et réduire le feu à doux, juste assez pour conserver l’ébullition. Couvrir d’un couvercle hermétique jusqu’à ce que le couscous soit tendre et que le liquide ait été absorbé, soit pendant environ 15 minutes.
  3. Fermer le feu et laisser reposer le couscous pendant 5 autres minutes environ avant de servir. Au moyen d’une fourchette, remuer le couscous, le transférer dans un bol de service et garnir des amandes et de la coriandre.

Information nutritionnelle
Calories (kcal) 398,5
Gras (g) 9,8
Gras saturés (g) 1,1
Gras trans (g) 0,0
Cholestérol (mg) 0,0
Sodium (mg) 275,9
Potassium (mg) 597,4
Glucides (g) 69,1
Fibres (g) 8,2
Sucres (g) 18,7
Protéines (g) 11,1
Vitamin A (RAE) 21,2
Vitamin C (mg) 19,6
Calcium (mg) 79,7
Fer (mg) 2,5

L’IRM cardiaque a sauvé la vie de Marianna

Lorsque Marianna, pourtant « en pleine santé », est prise de vives douleurs en 2011, elle ne sait pas qu’elle est en train de faire une crise cardiaque.

Elle ne l’apprendra que quatre ans plus tard, grâce au nouvel appareil d’IRM de l’Institut de cardiologie.

Sur le coup, Marianna se rend à l’urgence de son hôpital, où elle reçoit un diagnostic de myocardite virale, une inflammation du muscle cardiaque.

La jeune femme, qui est caporale au sein des Forces armées canadiennes depuis 15 ans, vient tout juste de quitter le Nouveau-Brunswick pour s’installer à Chalk River. Dans ses temps libres, elle joue au soccer et au tennis, et s’adonne à la natation.

Six mois plus tard, elle s’est remise de sa myocardite et croit bien en avoir à peu près fini avec ses problèmes de cœur.

Mais le 10 janvier 2015, quelques jours avant son 40e anniversaire, Marianna ressent de nouveau une douleur paralysante, « intolérable », à la poitrine.

« Je ne savais pas vraiment ce que c’était, mais je savais qu’il y avait un problème, dit-elle. Mais je n’ai pas attendu cette fois-là, je suis allée directement à l’urgence. »

Marianna a passé trois jours à l’Hôpital de Deep River avant d’être renvoyée à la maison avec des médicaments. Elle a subi une autre crise cardiaque, puis a été admise à l’Hôpital de Pembroke. Peu de temps après, elle a été transférée à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. Une heure après son arrivée, elle avait déjà subi une angiographie.

L’examen n’a révélé aucun blocage évident dans les artères du cœur (artères coronaires), mais a toutefois permis d’y déceler une anomalie. Il fallait investiguer davantage.

On a demandé à Marianna de rester une journée de plus pour passer un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM). L’Institut venait tout juste d’installer le nouvel appareil qui permettrait aux médecins de mieux voir ce qui se passait dans son cœur. En fait, l’IRM allait lui sauver la vie.

cardiac MRI

En effet, grâce à ses images d’une grande précision, l’IRM a révélé ce matin-là que Marianna avait bel et bien subi une crise cardiaque en 2011. Les images laissaient aussi supposer qu’une petite déchirure apparue à l’angiographie était responsable de ses crises cardiaques.

« J’étais heureuse d’être à l’Institut de cardiologie, dit Marianna. J’étais bouche bée : je ne pensais pas que j’avais fait une crise cardiaque. Je suis très soulagée d’être enfin fixée. »

Le lendemain de l’examen, Marianna a reçu son ordonnance et a pu retrouver son mari et sa petite fille de deux ans à la maison.

Grâce à la générosité de notre communauté, nous avons pu acquérir un appareil d’IRM cardiaque pour l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. Il s’agit du premier dans l’est de l’Ontario, où plus de 1,1 million de personnes de la région de Champlain y ont accès.

« J’ai vraiment reçu d’excellents soins à l’Institut de cardiologie », dit Marianna avec gratitude. « Quand j’ai fini par craquer, les infirmières m’ont soutenue. Elles ont été très humaines. Elles savaient tout et avaient les réponses à toutes mes questions. »

Rôties de pois et ricotta

Source : Finecooking.com

Êtes-vous pressé après le travail? Cette recette peut être préparée avec des pois frais ou surgelés en 15 minutes ou moins.

• 2 tasses de pois frais égrenés ou surgelés et décongelés
• Jus d’un demi-citron
• 2 c. à table d’aneth frais haché
• 1 c. à table d’huile d’olive extra-vierge, plus pour le badigeonnage
• 3/4 tasse de ricotta
• 1 c. à thé de zeste de citron fraichement râpé
• 8 tranches de pain de blé entier croustillant, d’un demi à ¾ de pouce d’épais
• 1 gousse d’ail, coupée en deux

Méthode :

• Cuire les pois dans de l’eau bouillante jusqu’à ce qu’ils soient vert vif et tendres, soit pendant environ 2 minutes. Égoutter dans une passoire et transférer dans un bol de grandeur moyenne.
• Ajouter le jus de citron, l’aneth, et 2 cuillères à thé de l’huile d’olive.
• Dans un autre moyen bol, mélanger la ricotta, le zeste de citron et 1 cuillère à thé de l’huile d’olive, puis saler et poivrer au goût.
• Rôtir le pain croustillant, badigeonner légèrement un côté de chaque rôtie avec l’huile d’olive, puis frotter avec la gousse d’ail. Diviser le mélange de ricotta sur toutes les rôties, en le répartissant uniformément. Tenir chaque rôtie au-dessus du bol de pois (afin que les pois qui s’échappent retombent dans le bol), et utiliser une cuillère pour transférer les pois sur la ricotta, en les écrasant doucement afin qu’ils y collent. Saupoudrer de sel marin et servir.

Barres déjeuner aux amandes

Recette adaptée de : The Smitten Kitchen Cookbook

Ces barres déjeuner faciles à préparer débordent de fibres solubles provenant des flocons et du son d’avoine. C’est le déjeuner parfait pour les jours où vous êtes à la course. À déguster avec un fruit!

1 tasse de pruneaux hachés (ou de dattes)
1 1/4 tasse de flocons d’avoine
3 c. à soupe de farine de blé entier
1/3 tasse de son d’avoine
1/2 tasse d’amandes tranchées finement
1/4 c. à thé de cannelle moulue
1/4 tasse de beurre d’amandes (ou de beurre d’arachides)
1/4 tasse d’huile d’olive
1/4 tasse de miel (ou de sirop d’érable)
1/4 c. à thé de zeste d’orange fraichement râpé

1. Préchauffer le four à 350°. Recouvrir un plat de cuisson de 8 pouces sur 8 pouces d’un papier sulfurisé assez grand pour qu’il dépasse sur les côtés.

2. Mélanger les pruneaux, les flocons d’avoine, la farine, le germe de blé, les amandes hachées, le sel et la cannelle.

4. Dans un autre bol, fouetter le beurre d’amandes, le miel, le zeste d’orange et l’extrait d’amande (si vous l’utilisez) jusqu’à obtention d’une consistance lisse.

5. Verser les ingrédients liquides dans le mélange d’avoine et mélanger jusqu’à obtention d’un mélange homogène. Verser le mélange dans le plat de cuisson préparé, presser et aplatisser.

6. Faire cuire de 25 à 30 minutes, ou jusqu’à ce que le dessus soit légèrement doré. Laisser refroidir complètement avant de couper.
Les barres pourraient être un peu granuleuses! Il est préférable d’utiliser un couteau dentelé pour couper ces barres déjeuner en morceaux.

Calories (kcal) 239,4
Gras (g) 8,2
Gras saturés (g) 1,0
Gras trans (g) 0
Cholestérol (mg) 0,0
Sodium (mg) 2,2
Potassium (mg) 323,5
Glucides (g) 38,7
Fibres (g) 5,0
Sucres (g) 17,3
Protéines (g) 6,4

Faites le défi! En février, mangez quatre plats végétariens chaque semaine pour soutenir l’offre de soins cardiovasculaires vitaux.